Rencard

Ankou [800x600]

Rencard

Surgi du blizzard, tiré par un vigoureux lascar dans un diable de costard,
Un char parcourait sans crier gare rues et trimards,
En guise de phares, à l’instar de loupiotes ayant piqué un fard,
Deux yeux rouges dardaient d’un cagoulard …

Grognant de laconiques furibards « PETARD ! RETARD !… »
Ce chauffard sans égards pila devant une échoppe d’art…
Il drachait … Une gerbe d’eau fit faire un écart à des couche-tard.
Vantards plus tard, les pauvres froussards hagards
Foncèrent vers église et bar voir vain dieu ou boire nectar.

Notre gaillard força l’épart à minuit et quart.
Pillard venu faucher liards ou bazar ?
Sans regard pour statues de carrare et tableaux rares,
Il renversa le plumard du vieillard encore dans le coaltar.
Ce pauvre fada, sortit un poignard, porta dans le noir un coup au hasard
Pensant percer la chair du barbare malabar …
Il tomba sur un os, point de lard sous son dard :
Son chafouin rossard serait-il l’Immortel Renard ?

Hurlements de clébards : -mort de rire- repart
Emportant -mort de peur- affalé sur son brancard…

Ni bobard ni canular :
C’était bien l’Ankou ayant perdu faux, binard et tocards,
Qui avait volé au pays des enfants rares
Un pousse-pousse comme avatar de corbillard.

Goguenard soudard et braillard blafard,
Ont disparu dans le Tartare
Pays de cauchemar sans anges ni cithares…

Dormez, Rêvez bonnes gens : clochards, richards, saints, salopards,
Mais gare : n’oubliez ô jamais la primauté de cette Vie si rare.

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.