Maman (Henri Marien)

foetus-pouce-sucer

Choyé
Pelotonné
Chaleur douce
Sucer son pouce
Bercé en son Sein
Ecouter les chants de la Mère
Enveloppé dans son doux cocon de Chair

Mais qu’a-t-il donc fait par tous les Saints
Pour être ainsi rejeté de ce divin Jardin ?

Au bout du Tunnel vers l’intense Lumière
L’Enfant passera sa vie année après année  
A tenter de retrouver la chaleur de sa Mère
A la recherche du Calice tendre d’une chair Aimée

Noyé
Pelotonné
Enveloppé dans son cocon de Terre
Il rêvera encore à ce terrible Mystère
S’attendant peut-être encore comme hier
A de nouvelles traversées vers d’autres Lumières

Mais où donc es-tu Maman ?

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Maman (Henri Marien)

  1. Luciole dit :

    ah, la nostalgie du cocon maternel.
    Garder cette enveloppe comme une cape protectrice.
    Le combat d’une vie.

    Aimé par 1 personne

  2. arbrealettres dit :

    peut-être même à l’origine de l’Eden ??
    … combat perdu d’avance
    cordon coupé! 😉
    mais cette carence commune
    peut parfois rendre solidaires
    tous ces corps-âmes solitaires
    .. le temps d’une valse 😉

    J'aime

Les commentaires sont fermés.