Entre Ombre-Lumière (Henri Marien)

Entre Ombre-Lumière

Dans le Noir Connu
Parfois d’Inattendus
Feux ou Phosphènes
Nous Réveillent
 
Réels ou Imaginaires ?
Se le Demander
Et puis
Oser
En Faim
Toucher
Effleurer
« l’Autre »
Cette Ombre-Lumière
Venue Ici
Tremblante
Aussi
de
ce même Doute
ce même Désir
mêlés de Rêves
et de Terreurs

Nuit d’Aveugles
Ne pouvoir Ressentir
que Retraits
et Frissons
Et parfois les Heurts
Involontaires

Ne pas Voir
Coeur
Yeux
Âme
Deux sujets ici
Touchants
Touchés
Sans faux semblant
Ensemble
Objets de la même peur
De n’être qu’Objet

Sujets d’Ombres
Sujets de Lumière
Se Conjuguer
Au Présent
Sans adjectifs
Tendre à Être
Êtres Tendres
Compagnons

Soif de faire
co-nNaissance
Et aussi
l’Envie
Douillette de
se Rendormir de
Continuer de
Rêver
Derrière
les Paravents
de la Grande Solitude

Dans le Noir Connu
Parfois d’Inattendus
Feux ou Phosphènes
Nous Réveillent

Je t’en prie
Tu es bienvenu(e)
Entre Ombre-Lumière

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.