Bel Oiseau bleu (Henri Marien)

Illustration: Marc Chagall

Quel dommage
Oublié ton plumage
Oublié ton ramage
Illuminant mes paysages
Bel Oiseau bleu mon Page
Serais-tu parti en voyage?

Ô dans mon jeune âge
Tu me donnais en gage
tous les jours davantage
de si joyeux messages
de si tendres massages
de si lumineux partages
comme de bons gros bagages
remplis d’extraordinaires images
de nouveaux somptueux paysages
de nouveaux merveilleux rivages
de nouvelles immenses et solaires plages

Balayant les orages
Asséchant les marécages
Guérissant les outrages
Sublimant les carnages

Tourner la page?
Faire le ménage
de tous ces ravages
brûlures de plumage
cicatrices de mes rages
… non, pas le courage

Bel Oiseau Bleu au Doux Visage
Je te rends hommage
Tu es le mage pas sage
Nu et sauvage
de mon amour en nage
l’Unique Clef de tous les passages

Je T’attends tout au fond au-dedans de ma cage
Mais … tu es si volage..

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Bel Oiseau bleu (Henri Marien)

  1. Luciole dit :

    Et pourquoi pas ouvrir la cage
    et traverser les nuages.

    Aimé par 1 personne

  2. arbrealettres dit :

    Voyage
    Voyage
    Au-delà
    Des Nuages
    Merci Luciole Sage 🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.