Le Château (Henri Marien)

 

Etrange
Se Retirer

Toute cette Plage
de Silence
Si Vide
Si Dense

Plus le Bercement Tendre
de Ses Vagues qui Dansent
ni la Douceur de Son Chant
de Sirène Enamourée
ni Son Goût Salé
Sur mes Lèvres Enivrées

Etranger
Se Retirer

Si c’est trop Dur
Ce Vague à l’Âme
Ce Crabe de Mélancolie
Chercher un Galet
Encore Humide
De Ses Baisers
Ou Mieux Encore
Trouver un Coquillage
Pour L’Ecouter
En Corps

Et puis
s’Asseoir
Paisible

  Lentement
Passionnément
Construire
Son Château
Y mettre Tout son Coeur
Vibrant Encore

Pour ELLE

Mais d’Elle
Se Retirer

Quand Elle Reviendra
Elle revient Toujours –

Rêver qu’Elle le Trouvera Beau
Cet  Ultime Château

D’Être
Se Retirer

Moi je serai Parti
Sans faire de Bruit
Dans les Bras de la Nuit
Ou plus Jamais Rien ne Fuit

 Et sous le Soleil de Minuit
Je reviendrai parfois En Lune Eblouie
Voir si mon Château ne s’est pas Evanoui
Fondu  sous Ses Caresses de Plaisir à Jamais Inassouvi

Être Ange
Sans Elle

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.