Ô Toi (Henri Marien)

Ô
Toi,
Dis-moi
A vue d’oeil,
combien d’eau
salée de l’absence 
 faudra-il donc verser
pour qu’enfin ce brasier
cesse de vouloir reprendre ?
Ça pique drôlement les yeux,
 sans doute que fumée de désirs,
mais au coeur rougeoient encore
ses braises en corps toutes chaudes
ses flammes douces du plaisir d’être
simplement présence à cette présence

Douce

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.