Ton corps (Henri Marien)

Ton corps
qui a du mal à bouger
qui s’immobilise
Ta voix
qui s’essouffle
qui se tait
Ton visage
qui s’émacie
qui se fige
Tes yeux
qui ne brillent plus
qui ne s’ouvrent plus

ne te ressemblent plus

(Henri Marien)

A propos arbrealettres

Simple Passeur de Poésie Doigt qui montre la lune
Cet article, publié dans poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.